Sélectionner une page

Et les montagnes dansaient

Cette histoire est du type fan-fiction et est basée sur l’univers créé par Inelia Benz dans le livre ‘The Return‘. Inelia n’a pas seulement été une inspiration pour moi, mais elle m’a aussi aidée à franchir une étape importante dans l’écriture en m’offrant le cours ‘Master Class‘ de Neil Gaiman, qui est l’un de mes auteurs favoris.

Comme toujours, je tiens à remercier les commentaires de Loreto Alonso-Alegre sur la version espagnole et les éditions et commentaires indispensables de Dolores Póliz également sur la version originale en espagnol.

Dédicace à ma sœur Inelia.

Et les montagnes dansaient

VOYAGE EN VOITURE À L’ENVERS

Le voyage avait été assez ennuyeux jusqu’à ce qu’ils atteignent les contreforts des montagnes. Elles se dressaient, immenses. Roberto savait qu’elles étaient si grandes car elles étaient jeunes, mais pas seulement elles, toute la Cordillère des Andes l’était également. Dans une de ces étranges « coïncidences », son oncle Arturo, qui jetait des regards furtifs aux montagnes tout en conduisant, fit la même remarque.

« Les tremblements de terre en sont la preuve. La terre est encore en train de s’installer, et tout tremble lorsque les plaques tectoniques… », Arturo s’arrêta de parler, les observant dans le rétroviseur, se souvenant que Roberto et Cecilia étaient « spéciaux ». Selon certains membres de la famille, ils avaient des problèmes mentaux, et même un des grands-parents les traitait de retardés parce que la petite fille ne parlait pas à trois ans et que peu comprenaient ce que disait Roberto. Cecilia, qui regardait le paysage par la fenêtre, se tourna vers lui et, pendant quelques secondes, le regarda et lui sourit, car son oncle continua son explication comme s’il parlait à des enfants normaux. « Les plaques tectoniques se heurtent et créent tant de friction et de pression que parfois cela s’accumule et s’échappe soudainement comme une grande explosion d’énergie, que nous appelons tremblements de terre ou secousses sismiques ». Il les regarda à nouveau dans le rétroviseur et sourit à la fillette.

« C’est plus quand la pression s’accumule », dit Roberto à haute voix, « la friction peut créer de petits tremblements et parfois alimenter un volcan ». Le changement de posture et le regard que leur lança leur oncle indiquèrent clairement aux deux enfants qu’il avait été très surpris. « Merci », lui répondit-il en souriant, « cela a beaucoup de sens et c’est quelque chose que je ne savais pas ». Roberto observa à nouveau le langage corporel de son oncle et réalisa qu’il disait la vérité.

« Il est plus sympa que les autres oncles », dit Cécilia. « Il soupçonne que nous ne sommes pas retardés, comme le dit grand-père ». Pour une fille de trois ans tout juste, Cécilia avait une capacité de compréhension de son environnement et des personnes très avancée. « Alors la visite à Saladillo sera plus amusante que je ne le pensais. Je m’attendais vraiment à un autre adulte limité et ennuyeux », répondit-elle. Bien que toute la conversation, qui était comme toujours mentale, leur oncle n’avait rien entendu ni compris.

C’était juillet et donc les vacances d’hiver, ils en ont profité pour les envoyer chez leurs oncles car leur autre sœur, María, s’était aggravée de ses crises « d’hystérie » et leurs parents ne pouvaient s’occuper que d’elle. Ou du moins c’est ce qu’on leur avait dit. Par coïncidence, Arturo rendait visite à des parents en ville et pouvait les emmener, donc entre leur mère et leur tante, ils s’organisèrent et en moins de deux heures les valises étaient prêtes, et les enfants disaient au revoir à leurs parents.

« Ça aurait été bien de prendre un bon bain avant le voyage », dit leur mère à haute voix en les aidant à monter dans la voiture.

« On s’est douchés ce matin », répondit Roberto. « Cécilia m’a dit que tu nous enverrais en voyage et que tu oublierais de nous baigner, alors nous avons dû prendre l’initiative ». Sa mère s’arrêta dans ce qu’elle faisait et le regarda surprise. « S’il te plaît. Tu sais bien que ta sœur ne parle pas ». À quoi il répondit la même chose qu’il disait toujours quand ce sujet était abordé :

« Elle me parle et à vous aussi, mais c’est vous qui n’écoutez pas ».

« Ne commençons pas avec ça et viens ici pour que je te fasse un câlin ». Sa mère lui donna un fort câlin et un gros bisou sur la joue. Roberto prit mentalement note de se débarrasser du rouge à lèvres dès qu’elle ne le verrait plus. Son père lui donna un autre câlin et avec ses grandes mains, lui ébouriffa toute la tête. Cécilia subit le même processus mais elle riait et criait de joie.

Il adorait la voiture de son oncle. Elle était aussi étrange et différente que son propriétaire et on en voyait rarement sur la route. C’était comme si on avait déplacé le pare-brise d’une Fiat 500 vers l’avant pour gagner de l’espace, ce qu’ils avaient réussi, mais pour Roberto, cela donnait toujours l’impression que la voiture roulait à l’envers, car l’avant était à l’arrière et l’arrière à l’avant. Un jour, il en parla à son père, mais celui-ci, qui était musicien, ne comprit rien lorsque Roberto lui expliqua que du point de vue aérodynamique, la voiture était inversée.

Fiat 600 Multipla type 100.108

Fiat 600 Multipla type 100.108

Roberto remarqua qu’ils prenaient de l’altitude quand ses oreilles commencèrent à se boucher. Ayant lu que bâiller pouvait aider, il profita de son ennui pour réussir un grand bâillement qui déboucha ses oreilles. Il regarda sa sœur et la vit enfoncer son petit doigt dans son oreille, tentant d’éliminer l’étrange sensation.

« Le bâillement aide », dit-il à sa sœur.

« Je n’ai pas sommeil. »

« Mais tu peux faire le mouvement pour bâiller », répondit-il. Cecilia forma un « O » avec sa bouche pendant un moment.

« Ça ne marche pas », dit sa sœur.

« Comme c’est juste une question d’équilibrer la pression interne avec l’externe, rire pourrait aussi fonctionner », répondit Roberto.

« Ha ha ha ha. »

« Cecilia. C’est un problème physique. Dire ‘ha ha ha’ dans ta tête ne va pas marcher. Il faut vraiment rire, à haute voix. »

« Je ne trouve rien de drôle… » Cecilia ne put finir sa phrase car son frère commença à la chatouiller. Elle se mit d’abord à crier, effrayant leur oncle à mort, puis à rire avec son rire contagieux qui faisait toujours sourire ou rire tout le monde avec elle.

Soudain, Cecilia cessa de rire et dit à voix haute :

« Ça a marché ! »

« Qu’est-ce qui a marché ? » demanda leur oncle, surpris d’entendre Cecilia parler.

« Ses oreilles étaient bouchées et avec le rire, ça s’est débouché », répondit-il.

« Moi, je bâille d’habitude », dit leur oncle.

Après un moment, voyant que Cecilia bougeait de plus en plus et commençait à se tortiller sur son siège, Arturo leur dit qu’ils allaient s’arrêter un moment pour étirer leurs jambes. Il fit une pause et, réfléchissant à ce qu’il venait de dire, leur précisa que cela voulait dire marcher un peu, et qu’il leur montrerait bientôt un endroit intéressant.

Dix minutes plus tard, alors que le précipice à droite de la route était devenu vertigineux, ils s’arrêtèrent dans un endroit où ils pouvaient se garer et sortir de la voiture.

« C’est appelé ‘El Salto del Soldado' », leur dit leur oncle. « Pendant la guerre d’indépendance, un soldat chilien a sauté cet écart en fuyant les Espagnols. »

La petite esplanade où ils se trouvaient se terminait par une chute verticale de près de cent mètres au fond de laquelle coulait une petite rivière. Du moins, elle semblait petite de cette hauteur. À environ huit mètres de distance se trouvait l’autre montagne que le fleuve avait séparée on ne sait quand, mais il était évident que les deux extrémités avaient été jadis unies.

« Aucun homme ne peut sauter cette distance », dit Roberto.

Salto del soldado

El Salto del Soldado

Le Saut du Soldat

« Il était à cheval », répondit son oncle, « et je sais, aucun cheval non plus ne peut le faire, mais c’est la légende de cet endroit. »

Tous restèrent silencieux, regardant l’autre côté du grand et profond fossé, imaginant comment cela aurait pu être fait.

Cécilia, qui regardait toutes les montagnes autour d’eux, lui prit la main tout en lui disant en silence absolu, « Les montagnes sont jeunes. »

« C’est ça ! » s’écria Roberto. « Les montagnes sont jeunes, donc à cause des tremblements de terre et des secousses, certains morceaux se sont écroulés depuis cette époque. Il est très probable que le fossé à l’époque de cet homme ait été beaucoup plus petit. »

Son oncle lui sourit. « Tu as tout à fait raison. Le temps passe pour tous, y compris pour les jeunes montagnes. Retournons à la voiture, il fait froid et votre tante nous attend. »

SALADILLO

Bien que son oncle lui ait raconté plusieurs histoires sur la façon dont la voiture s’était détériorée malgré sa relative nouveauté, ils arrivèrent sans encombre à la maison de la tante Rose, qui, comme sa mère, portait un nom anglais. La maison faisait partie d’une première rangée de maisons mitoyennes qui se ressemblaient toutes. Ils se garèrent devant la maison et tandis que son oncle entrait pour annoncer leur arrivée, Roberto saisit l’occasion pour observer les lieux. La rangée de maisons faisait face au nord-ouest, vers une vallée façonnée par la rivière pendant des millénaires. Au loin, il pouvait voir les sommets de montagnes plus petites, d’environ mille mètres de hauteur. Le village se trouvait à environ mille six cents mètres au-dessus du niveau de la mer. À sa gauche, vers l’ouest, se dressait un mur de pierre gigantesque. Il semblait si droit qu’on aurait dit qu’un titan avait tranché une montagne en deux avec une épée géante. À droite, vers l’est, se trouvaient des collines beaucoup plus petites, couvertes de buissons et d’arbres. Roberto pensait que ce serait un bon endroit à explorer tandis qu’il levait les yeux vers la paroi rocheuse à sa gauche. À mi-chemin, il vit de petits oiseaux voler et commença à douter de l’échelle de tout lorsqu’il entendit sa tante Rose les appeler.

« Roberto, Cecilia ! Quelle joie de vous voir ! » dit-elle en prenant Cecilia dans ses bras et en donnant à Roberto un câlin et un baiser sur le front. Sa tante, ayant remarqué où il regardait, suivit son regard et dit : « Tu ne devineras jamais ce que sont ces petits oiseaux là-haut ». Roberto leva à nouveau les yeux et n’était pas sûr. Ils utilisaient les courants thermiques sans battre des ailes, donc ils n’étaient pas si petits. « Un faucon ou un busard ? » demanda-t-il. « Non, » répondit sa tante en souriant, « ce sont des condors ». Le garçon ouvrit grand les yeux, étonné. Il savait que les condors avaient une envergadure d’ailes de près de trois mètres, ce qui signifiait qu’il avait complètement mal évalué l’échelle de tout. « Mais cela signifie que cette paroi est immense », répondit-il à sa tante en entrant dans la maison. « Presque mille mètres de haut, » répondit-elle. « Il y a même des fous qui l’escaladent. Ça s’appelle El Saladillo », dit-elle, soupçonnant que ce genre de choses l’intéresserait.

L’intérieur de la maison était plus spacieux qu’il ne semblait de l’extérieur. On entrait dans une zone ouverte en forme de L avec le salon à gauche et en face la salle à manger, jouxtant la cuisine et la salle de bain. Un escalier menait au deuxième étage, d’où descendaient ses deux cousins, Art et Anne. Art avait environ huit ans, deux ans de moins que Roberto, et Anne environ cinq ans. Roberto salua Art et lui demanda immédiatement s’il avait déjà exploré la colline boisée. Art répondit que ses parents ne le laissaient pas y aller seul et que ses amis s’intéressaient plus au football qu’à l’exploration de montagnes désertes. Il allait proposer d’y aller ensemble un jour quand il se rendit compte que les adultes s’étaient tus et regardaient les filles jouer avec des soldats de plomb d’Art. Il était clair qu’elles conversaient, mais la seule qui parlait à voix haute était Anne. Cecilia bougeait ses mains et exprimait avec son visage, mais ne produisait aucun son.

« Elles discutent ? » demanda Arturo.

« Oui, » répondit Rose.

« Mais c’est impossible. Pour cela, il faut deux personnes qui parlent. »

« Regarde-les, » répondit Rose. « Elles se communiquent clairement. Ne t’en fais pas. Dans ma famille, il se passe toujours des choses étranges. » Elle dit à son mari comme si c’était la chose la plus normale au monde et se tourna vers la cuisine. « Étranges ? Je ne pense pas que cela se compare à chanter bien et fumer des joints, » répondit son mari. Rose se retourna et lui souffla un baiser.

Roberto, de l’autre côté de la pièce, demanda mentalement à sa sœur :

« Elle te comprend ? »

« Oui. Mais elle ne sait pas répondre. »

« Elle ne m’entend pas. »

« Je pense que c’est une affaire de petites filles. »

« Je soupçonne que c’est toi qui as le don, et non elle, » répondit Roberto.

côté de la route une aire de jeux pour enfants. Cette nuit-là, sa tante Rose lui expliqua qu’Art avait une peur terrible des tremblements de terre et qu’il fallait être très prudent car il pouvait s’enfuir en panique sans se rendre compte où il allait et se perdre facilement. Roberto prit note mentalement de s’en souvenir et fut attristé que son cousin souffre de cela dans un pays comme le Chili où les tremblements de terre étaient monnaie courante.

Il a plu les trois jours suivants, mais le quatrième jour, un soleil magnifique se leva, de ceux qui réchauffent même en hiver, alors Roberto demanda la permission à ses oncles d’aller explorer la colline. Sa tante n’était pas très sûre car tout serait plein de boue et de flaques, mais il réussit à la convaincre en lui disant qu’ils étaient enfermés depuis quatre jours et que tout le monde avait besoin de courir un peu. Sa tante, déjà un peu fatiguée de quatre enfants jouant dans la maison sans arrêt pendant tout ce temps, finit par céder. Elle leur donna des bottes en caoutchouc et des vêtements vieux, ce qui était une bonne chose car ils n’avaient pas marché plus de 15 minutes entre les arbres au pied de la colline et ils étaient tous couverts de boue. Couverts de boue et heureux.

Ils trouvèrent une vieille cabane dans les arbres qui semblait abandonnée car le toit, qui était en sacs plastiques, était si endommagé qu’il ne restait presque rien pour couvrir. Mais le soleil brillait et quand ils réussirent tous à monter, il réchauffait leur corps. Anne, après un moment, décida qu’elle n’aimait pas être si haut et qu’elle avait faim, alors elle voulut rentrer à la maison. Roberto, qui depuis la cabane dans les arbres avait vu un sentier montant la colline, essaya de la convaincre de rester, mais ce fut impossible, alors il décida de ramener Anne à la maison. En revenant, déjà dans le petit bois, il vit une femme qui l’observait et qui semblait se dissiper parmi les arbres lorsqu’il la regarda. De retour à l’arbre, il trouva Art désireux de continuer la montée et Cécilia encore dans la cabane dans les arbres, regardant vers le ciel.

« Il y a quelqu’un de mauvais qui s’intéresse à nous », lui dit-elle mentalement. Roberto leva les yeux mais ne vit qu’un ciel presque dégagé.

« Pas idiot. Il est très haut. Nous ne pouvons pas le voir. »

« Mais le soleil va bientôt se cacher derrière le mur de pierre, donc nous devons continuer maintenant ou rentrer à la maison », répondit-il à haute voix pour qu’Art l’entende aussi. Les deux garçons crièrent presque en même temps : « Continuons, continuons ! »

Roberto regarda à nouveau vers le haut. L’expérience lui avait appris que la grande majorité des choses étranges que sa petite sœur lui disait finissaient par être réelles, et pour le reste, il soupçonnait qu’elle avait aussi raison. Il ne vit rien d’autre que des condors volant très haut, mais il prit mentalement note.

« Ne t’inquiète pas. Susie vient avec nous », lui dit Cécilia.

« Les amies imaginaires sont bien pour jouer à la maison, mais ne sont pas d’une grande aide si quelque chose arrive dans la colline », répondit-il.

« Je vous l’ai déjà dit. Susie n’est pas imaginaire ! »

« Quand je la verrai, je le croirai. Maintenant, continuons. »

La colline avait une hauteur de cinq cents mètres depuis son pied. Dans d’autres parties du monde, on l’aurait appelée montagne, mais comparée aux masses qui les entouraient, elle semblait petite. Bien qu’en considérant qu’ils étaient déjà à mille six cents mètres au-dessus du niveau de la mer, le sommet était réellement très haut, mais Roberto avait déjà appris à son jeune âge que, comme presque tout dans la vie et comme l’avait dit Einstein, tout dépendait du point de vue de l’observateur.

Les trois enfants atteignirent rapidement la moitié. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient après avoir monté en chantant, racontant des histoires d’horreur, de fantaisie ou de vaisseaux spatiaux et jouant à cache-cache. Il se rendit compte que le soleil était déjà proche du sommet de l’immense paroi rocheuse, ils avaient donc passé près de deux heures. Son estomac était également d’accord sur le fait qu’il s’était écoulé plus de temps qu’il n’y paraissait. Il savait que Cécilia était petite et bien qu’elle ait une énergie inépuisable quand elle le voulait, quand elle s’épuisait, elle s’endormait n’importe où. Il décida qu’il était temps de rentrer et allait le dire à haute voix quand Cécilia lui dit mentalement.

« Quelqu’un vit là-bas. »

Il se tourna pour regarder sa sœur et vit qu’elle pointait un endroit à quelques mètres plus loin, où le terrain était plus plat. Ils arrivèrent rapidement et découvrirent que c’était l’entrée d’une grotte. Art, après tant d’histoires effrayantes, ne voulait pas s’approcher. Roberto, qui observait les détails de l’environnement, car il était évident qu’un animal y vivait, ne remarqua pas que Cécilia s’était aventurée à quelques mètres dans la grotte. Il courut vers elle, mais Cécilia s’était déjà arrêtée. En arrivant à ses côtés et en regardant partout, il était clair que c’était la demeure de quelque chose et il s’imaginait soudain voir les yeux d’un puma et entendre un grondement se rapprocher, et décida qu’il ne voulait pas qu’ils deviennent le repas de quelqu’un.

« Sortons d’ici. Le propriétaire de cette grotte pourrait ne pas aimer que nous envahissions son territoire. »

À ce moment-là, il lui sembla entendre quelque chose venant de l’obscurité au fond de la grotte.

« Merde ! » dit-il à haute voix.

« Tu as dit un gros mot ! » lui dit sa sœur. « Les petits enfants ne peuvent pas dire ça. » Il allait répondre qu’il n’était pas un petit enfant, mais il entendit à nouveau ce bruit étrange. Il saisit la main de Cécilia et la força à marcher vers l’extérieur.

« Attends ! » dit Cécilia juste à l’entrée de la grotte et regarda vers le haut un moment. « À trois, on court, » dit-elle et attendit quelques minutes.

« Un… deux… trois ! » cria-t-elle et tira son frère en courant vers Art, qui regardait vers le haut avec un air effrayé. Roberto, sachant à quel point sa petite sœur était spéciale, courut simplement à ses côtés sans demander ce qui se passait. Juste avant d’atteindre Art, une ombre couvrit le soleil et Art, qui regardait encore vers le haut, se tourna effrayé et courut devant eux en descendant le sentier qu’ils avaient utilisé auparavant. L’ombre recouvrit le soleil un peu plus loin et à ce moment-là, il réalisa que sa sœur riait joyeusement en courant. Son rire, comme c’était souvent le cas avec tout le monde, le fit sourire, lui donnant assez de tranquillité pour regarder vers le haut une seconde. Un énorme condor volait à quelques mètres au-dessus, mais ne s’approchait pas. Il restait simplement tout le temps à la même hauteur et en arrivant aux arbres, ce qui semblait une éternité à Roberto, il s’éloigna en prenant de l’altitude. Tous s’arrêtèrent sous les branches pour reprendre leur souffle.

« Tu crois qu’il voulait nous manger ? » demanda Art.

« Non, » répondit Cécilia à voix haute et mentalement lui dit, « En réalité, il nous protégeait. Il nous a aidés à atteindre les arbres. Je lui ai demandé et il était d’accord car dans la grotte se trouvait sa famille et la maman commençait à s’énerver. »

ORBITE DE RECONNAISSANCE

Le vaisseau de reconnaissance Ninhursag-TXi de la flotte locale Anunnaki effectuait son troisième tour autour de l’hémisphère sud de la planète. Le troisième officier, responsable de la communication, avait ressenti la présence de quelqu’un de l’empire, mais n’en était pas tout à fait sûr. Le protocole dictait qu’avant de le noter dans le journal de bord, ils devaient en être totalement certains, donc ils effectuaient un troisième tour.

En passant au-dessus de la grande chaîne montagneuse qui s’étendait sur tout le continent du sud au nord, Enlil, qui était le troisième officier, ressentit à nouveau la présence. Dans ces situations, ses décisions étaient prioritaires, alors il prit le contrôle du vaisseau et l’arrêta au-dessus des montagnes, presque au-dessus d’une colonie minière humaine. Cela n’avait pas beaucoup de sens car il n’y avait aucun groupe dans la région. Le plus proche se trouvait à des centaines de kilomètres plus au sud, en mission archéologique.

Les informations qu’il pouvait ressentir, basées sur des années d’entraînement et de modification génétique au fil des générations, lui indiquaient qu’il y avait à proximité un bébé Anunnaki d’une certaine importance. Cela n’avait pas de sens, mais le protocole exigeait qu’il enquête. Il ordonna à l’intelligence artificielle du vaisseau d’explorer toutes les fréquences pour une sorte de communication, mais elle répondit qu’il n’y avait absolument rien. Seules les communications humaines étaient présentes.

Malgré tout ce qui semblait être une erreur, Enlil décida de suivre le protocole et utilisa le moteur optique. En activant le zoom sur la zone suspecte, il vit seulement deux enfants humains jouant sur une colline. L’un d’eux, courant vers une ouverture dans le mur de la montagne, donna un résultat positif mais de manière très subtile. Probablement des vestiges d’une expérience génétique de nombreuses générations auparavant. Rien qui n’aurait généré la présence détectée. Il attendit un peu que le garçon sorte de la grotte mais avait déjà décidé que c’était une erreur. À ce moment, le capitaine lui rappela que le reste de l’équipage avait du travail et qu’il devait prendre une décision : enquêter davantage ou poursuivre la routine. Juste pour être sûr, Anlil regarda à nouveau l’image, mais elle ne montrait que le dos d’un des énormes oiseaux qui habitaient ces montagnes, couvrant tout. Il éteignit l’image et informa le capitaine qu’il s’agissait d’une fausse alerte. C’était la première fois que cela lui arrivait.

LA DANSE DES MONTAGNES

Le lendemain matin, au réveil, les enfants découvrirent tout recouvert d’un épais manteau de neige d’un mètre. Roberto et Cecilia, n’ayant jamais vu une telle chose, furent émerveillés par cette situation magique. Tante Rose, habituée à ces hivers depuis leur arrivée, leur dit de d’abord prendre un petit-déjeuner chaud et énergétique, puis de s’habiller chaudement avant de sortir.

Le petit-déjeuner était un bol d’avoine bouillie dans du lait, adoucie d’une généreuse cuillerée de miel. Anne, Art, Roberto et Cecilia crièrent de joie, bien que seul Roberto entendît Cecilia.

Dehors, Roberto et Cecilia, comme des chatons découvrant la neige, avançaient prudemment, touchant la neige avec respect. Art et Anne, en revanche, se jetèrent dedans avec enthousiasme, se roulant jusqu’à être presque enterrés sous la neige. Les deux autres ne tardèrent pas à les rejoindre, se transformant rapidement en bonhommes de neige.

Ils décidèrent de jouer au parc, mais Anne oublia la grande tranchée cachée par la neige, tombant dedans. Les enfants, stupéfaits, l’entendirent appeler à l’aide de loin. Roberto courut vers elle tandis qu’Art partait chercher leurs parents. Arrivé près du trou, Roberto aida Anne, presque entièrement ensevelie, à se dégager et à se lever. Tonton Arturo arriva pour les aider à sortir. L’incident se termina par une simple frayeur, mais pour Roberto, qui analysait toujours tout, cette expérience lui apprit que la neige, bien que belle et amusante, pouvait être traîtresse. Il décida de la traiter avec autant de respect et de méfiance que la mer.

Anne, bien remise et désireuse de jouer encore un peu, fut accompagnée par son oncle qui les guida autour de la tranchée jusqu’au parc, transformé en un lieu féerique par la neige. Là, ils apprirent à faire des boules de neige, finissant tous épuisés, transpirants de chaleur, étendus dans la neige.

Cette nuit-là, les enfants se couchèrent tôt, pour le bonheur des adultes. Après s’être brossé les dents, Roberto grimpa dans son lit et Art lui demanda de raconter une histoire. Il choisit la légende d’Ulysse et les Sirènes, mais réalisa que la lumière était encore allumée. Après l’avoir éteinte, il vit la lune pleine illuminer la chambre par la fenêtre. Allongé, il commença l’ancienne légende grecque.

Moins de cinq minutes plus tard, ils entendirent une multitude de chiens aboyer et hurler. Soudain, le silence se fit, interrompant l’histoire d’Ulysse. Roberto, sachant que ce silence annonçait un tremblement de terre, écouta attentivement. Le grondement sourd et profond d’un train lourd s’approchait. Il rassura Art, expliquant que leur maison était conçue pour résister aux séismes, avec des chaînes dans les murs empêchant les fissures. Art, réalisant que le changement de sujet cachait quelque chose, entendit le bruit profond et s’assit à moitié sur son lit, les yeux écarquillés de peur.

« Ne t’inquiète pas », dit Roberto. « Ce sera juste un petit tremblement sans danger », et à ce moment-là, toute la maison se mit à bouger et la lumière s’éteignit dans tout le village. La lampe oscillait d’un côté à l’autre et depuis la chambre, ils pouvaient entendre les verres dans le placard de la cuisine tintinnabuler comme un tas de petites cloches folles. Art, observant Roberto si détendu, se calma un peu.

« Le système de sécurité a coupé l’électricité dans tout le village. Imaginons que nous sommes dans un wagon-lit de l’Orient Express. Nous sommes deux détectives célèbres sur la piste d’un dangereux assassin », dit-il alors que les lits tremblaient et se déplaçaient. Art, clairement plus détendu, sourit. Tout semblait être les effets spéciaux des histoires de son cousin. Soudain, du coin de l’œil, Art vit quelque chose et se tourna rapidement vers la fenêtre. Il devint pâle et son expression se transforma en terreur absolue, il poussa un cri, sauta du lit et courut hors de la chambre, descendant les escaliers à toute vitesse. Sa mère, ayant eu le temps de réagir, l’attendait déjà dans le salon pour le saisir avant qu’il ne s’échappe de la maison. Roberto n’avait pas eu le temps de réagir, mais il était évident qu’Art avait vu quelque chose. Il se leva et regarda par la fenêtre, se tenant à elle pour ne pas perdre l’équilibre alors que la maison continuait de bouger.

Ce qu’il vit cette nuit-là redéfinit sa réalité à jamais. La lune pleine illuminait les montagnes enneigées, leur donnant une brillance surnaturelle. Elles semblaient danser dans un océan de lumière lunaire. Roberto, fasciné, ne pouvait détacher son regard de ces montagnes flottantes comme des navires dans une tempête. Soudain, une masse sombre bougea, une montagne gigantesque s’avançait, engloutissant le ciel dans une obscurité profonde. Roberto pensa à une fourmi sous un talon, « Je vais mourir ». Mais la montagne s’arrêta, retournant à sa place. Il était en état de choc, réalisant sa propre insignificance face à la nature.

Cecilia, inquiète, lui tira de sa contemplation.

— « Tu vas bien ? Où est la chaussure géante ? Va-t-elle nous écraser ? » demanda-t-elle mentalement.

Il se tourna vers elle, voyant pour la première fois de la peur dans ses yeux. Il prit une profonde inspiration, remarquant que la maison tremblait moins.

— « As-tu déjà vu des montagnes danser ? »

— « Les montagnes ne dansent pas, idiot. Seules les personnes dansent. » répondit-elle.

Il la prit dans ses bras.

— « Alors, regarde celles-là, » dit-il. « Ce qui pour nous est un bruit profond et effrayant est pour elles de la musique, alors elles dansent. » Cecilia, observant les montagnes encore en mouvement, lui sourit et commença à danser au rythme du grondement lointain du tremblement de terre.

— « Dansons, Roberto. Ainsi, nous serons les premiers à danser avec les montagnes, » et ainsi, Roberto, Cecilia et les Andes dansèrent ensemble, jusqu’à ce que la musique de la terre s’arrête et tout redevienne à une échelle humaine, prélude à un futur où leur réalité serait à nouveau redéfinie.

Je remercie Loreto Alonso-Alegre pour les premières lectures en espagnol et Dolores Póliz pour l’édition et la révision du texte.

Dans cette section, vous pouvez ajouter des commentaires sur ce récit ou m’inviter à un café.

Si vous avez apprécié le récit, vous pouvez m’aider en faisant un don du montant que vous jugez approprié pour l’histoire.

Il vous suffit de cliquer sur le bouton « Faire un don » et d’entrer le montant que vous considérez juste.

Merci !

Alejandro.

Le bouton ‘Faire un don’ utilise la plateforme sécurisée PayPal.

Faire un don avec PayPal

Commentaires

Vos avis sont très importants pour moi et m’aident à continuer à écrire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

author avatar
Alejandro Ahumada Escritor, podcaster y Administrador de sistemas informáticos
Alejandro Ahumada ha navegado su vida entre cambios y constancias, desde los cerros de Valparaíso hasta los valles de Cantabria. A causa de la persecución política de la dictadura de Pinochet, se exilió con su madre a los trece años, encontrando refugio en el Reino Unido. Su travesía incluye Escocia, Nottingham, Dublín, Francia y Euskadi, hasta asentarse en Cantabria con su esposa, sus hijos y su gata, Déjà Vu. Ingeniero informático de profesión, Alejandro equilibra la lógica con la creatividad. Como escritor de relatos de fantasía y ciencia ficción, sus historias han sido descritas como "Realismo Mágico Personal". Inspirado por autores como Gaiman, Allende, Pratchett y Le Guin, su escritura convierte la vida en un lienzo mágico, donde cada experiencia revela la magia oculta en lo cotidiano.