VIPs

Coïncidences Inexplicables

Dans la vie, il arrive parfois de tomber sur des coïncidences étonnantes. Permettez-moi de partager quelques-unes d’entre elles, survenues au début des années 90, alors que je travaillais chez Lotus Development, une multinationale de l’informatique bien connue. Vous vous rappelez sans doute de Lotus 1-2-3, l’un des premiers tableurs qui fit passer Lotus d’une start-up à une corporation mondiale. Tout allait bien jusqu’à ce que la concurrence de Microsoft Excel et un lancement raté de Lotus 1-2-3 pour Windows n’affectent drastiquement notre marché. Cependant, Lotus n’était pas en reste et lança Lotus Notes, un produit innovant dont les racines se mêlent à celles du web lui-même, offrant un environnement documentaire sûr et avancé. Bien qu’IBM finisse par racheter Lotus, Lotus Notes perdure, maintenant connu sous le nom de HCL Domino.

Éire (Irlande)

 

Mon voyage avec Lotus commença à Dublin peu après mon mariage avec une femme charmante, d’une beauté incroyable, éduquée, et qui, en plus de l’espagnol, parlait anglais et français. À cette époque, le bureau irlandais était l’un des plus importants d’Europe, car c’est là que les produits Lotus étaient traduits dans presque toutes les langues du monde. J’y jouais un rôle crucial en assurant le support de deuxième niveau pour divers produits de cette entreprise américaine, assistant des techniciens qui, à leur tour, aidaient les clients. C’était une période dorée, pleine d’amitiés précieuses, et l’avenir semblait débordant de possibilités infinies.

Après environ deux ans en Irlande, connue comme l’île émeraude d’Europe, nous reçûmes une nouvelle inattendue au sein de notre groupe technique spécialisé, composé de seulement huit membres : nous aurions un nouveau chef de haut rang dans la structure hiérarchique de la multinationale. Cela nous surprit, pourquoi un groupe si petit nécessiterait-il un dirigeant de ce niveau ?

L’explication arriva lors de notre première réunion avec John McKenzie, un Américain d’une quarantaine d’années, aux cheveux bruns foncés et de haute stature, qui avait voyagé depuis les États-Unis spécifiquement pour rencontrer l’une des plus petites équipes de Lotus Development en Irlande. Il révéla qu’il y avait des plans pour élargir et centraliser la structure de support, unifiant tous les bureaux avec du personnel technique à Paris, ce qui incluait notre équipe en Irlande.

— Cela signifie-t-il que notre équipe en Irlande va fermer ? — demanda notre chef d’équipe.

— Je regrette de le confirmer, mais oui. Cependant, en raison de votre performance reconnue, je vous encourage à envisager de déménager à Paris. La ville des lumières, avec sa gastronomie exquise, ses vins et ses charmes. J’offre un paquet économique supplémentaire de mille livres, supérieur au standard de l’entreprise — nous proposa John. Personne ne montra d’intérêt.

— Seulement mille livres ? — demandai-je, conscient que ce nom que nous avions gagné au sein de l’entreprise était dû à notre travail, mais pas seulement technique, mais aussi à notre connaissance du fonctionnement des différents départements de développement et de marketing de l’ensemble du groupe.

— D’accord, deux mille livres. Je n’ai pas ce budget actuellement, mais une fois la nouvelle structure de support établie, je pourrai vous accorder cette somme — promit-il.

— Nous y réfléchirons — répondîmes-nous.

Bien que nous ne l’ayons pas dit explicitement, il était évident que personne n’était intéressé à se déplacer à Paris. À cette époque, l’Irlande était l’épicentre de la technologie de pointe en Europe, et les opportunités professionnelles étaient exceptionnelles pour une équipe avec nos compétences.

Peu de temps après, le responsable des Ressources Humaines nous convoqua individuellement pour nous présenter deux options : nous déplacer en France avec un paquet économique attractif ou quitter l’entreprise, avec la possibilité de recevoir des cours pour améliorer nos compétences en entretien d’embauche. Nous choisîmes tous la deuxième option. Ces cours se révélèrent précieux à long terme, m’aidant dans diverses situations, comme dans des débats sur l’écologie politique ou pour expliquer le système électrique espagnol et le concept de monnaie sociale. J’avais déjà un emploi assuré dans la nouvelle équipe de support technique de Creative Labs, spécialisée en multimédia pour PC, lorsque quelque chose d’inattendu se produisit.

Alors que je discutais d’un problème technique avec Mercedes de Lotus Espagne, je reçus un email du nouveau directeur de Lotus Assistance France. Il proposait un voyage à Paris pour découvrir la ville et le lieu de travail. Si nous décidions de déménager en France après la visite, l’offre économique serait encore plus généreuse. Bien que j’eusse une bonne proposition de Creative Labs, l’idée d’un voyage payé à Paris était tentante. Ma femme et moi décidâmes d’accepter. Je savais que la réticence de l’équipe à se déplacer en France était un problème pour le directeur, qui se trouvait confronté à l’absence d’une équipe de support technique de deuxième niveau. J’acceptai l’offre, à condition qu’elle couvre également le voyage de ma femme et de mon fils d’un an, ce à quoi il accéda sans hésiter.

Mon unique expérience précédente à Paris avait été brève, en route pour la Suisse, donc j’étais enthousiasmé par la visite. Ma femme, qui parle couramment le français, était aussi enthousiaste. À notre arrivée à l’aéroport Charles De Gaulle, nous fûmes accueillis par Claude, un chauffeur de taxi engagé par Lotus France, qui nous conduisit à un petit hôtel à Saint Quentin en Yvelines. Il nous indiqua la localisation des “magasins” proches, que Loreto clarifia qu’il s’agissait de boutiques, et non de magazines comme je le pensais. Le lendemain, Claude me conduisit au bureau de Lotus Assistance France, où Eduardo Fonseca, le directeur, m’attendait pour me montrer les installations. Bien que je manifestai de l’intérêt, je savais que je ne resterais pas, ce qui me fit sentir mal à l’aise quand, ce soir-là, Eduardo et sa femme argentine nous invitèrent à dîner chez eux. La viande qu’ils préparèrent fut extraordinaire, mais pas suffisante pour changer ma décision, ce que je lui communiquai. Il me suggéra simplement de profiter du séjour et de lui donner ma réponse finale depuis l’Irlande.

Le jour suivant, nous allâmes acheter quelque nourriture pour bébé, car celle de l’hôtel ne convenait ni à notre goût ni à celui de notre fils. Nous entrâmes dans un Carrefour, l’un de ceux qui abondent encore partout, mais quelque chose d’extraordinaire se produisit lorsque nous arrivâmes au rayon des fruits.

Soudain, ma femme s’arrêta net, me regarda et dit :

— Les fruits sentent !

Coïncidences Inexplicables

Je respirai profondément et, effectivement, je pus distinguer le parfum des pommes et des pêches, mélangé à d’autres odeurs qui me rappelèrent mon enfance à l’autre bout du monde, où les fruits sentaient aussi. Je ne sais pas si vous avez déjà acheté des fruits dans les magasins ou supermarchés des îles britanniques. Là-bas, les fruits n’ont presque pas d’odeur et manquent de saveur. À part quelques pommes, ils n’ont presque pas de fruits locaux, donc ils les importent de pays aussi lointains que le Chili ou l’Afrique du Sud. Cela signifie qu’ils les cueillent avant maturité, et ils mûrissent durant le voyage, perdant une grande partie de leur saveur et toute leur odeur.

Je pris une pomme et la sentis. En un instant, je redevenais un enfant mordant dans une pomme de celles que ma grand-mère achetait à Rancagua. Ma femme et moi nous regardâmes et nous savions : nous allions vivre en France. Pas seulement pour nous, mais aussi parce que l’idée que notre fils puisse grandir en connaissant cette qualité de nourriture fraîche nous convainquit complètement. Le lendemain, je l’annonçai à Eduardo.

— Hahaha, je savais que quelque chose de ce genre vous arriverait. Bienvenue en France ! — me répondit-il.

La France

 

Quitter mes amis irlandais fut triste, mais plus encore fut le départ de l’Irlande, Éire [ˈeːɾʲə]. L’Irlande, un pays unique qui, tout comme moi, marie un esprit latin avec une Celtic/Anglo-Saxon culture. Mais la France était une pomme à croquer.

Lotus s’occupa de notre déménagement, engageant une entreprise spécialisée dans les transferts de personnel diplomatique et nous fournissant des billets en première classe pour voyager de Dublin à Paris. Une fois de plus, Claude nous attendait, ce personnage qui allait devenir un bon ami avec le temps. Ce fut lui qui m’expliqua la réglementation routière française, qui impose de céder le passage aux véhicules venant de la droite, y compris dans les ronds-points. Exactement l’inverse de ce qui se fait en Angleterre, en Irlande et en Espagne. Mon ignorance de ces règles m’amena à traverser le rond-point de l’Arc de Triomphe à environ 60 ou 70 kilomètres à l’heure, terrorisant ceux qui arrivaient par la droite. C’était la seule manière que j’avais trouvée pour traverser sans que personne ne me coupe la route. Quand Claude m’expliqua cela, je compris les cris de panique de mes collègues français quand ils voyageaient avec moi à Paris, proférant toutes sortes de jurons en français. Une langue que je ne comprenais pas encore, si bien que j’assumais que ces cris étaient adressés aux autres conducteurs parisiens, mal élevés et fous au volant.

L’ambiance de travail en France était très agréable. J’étais entouré de jeunes de seize nationalités différentes. Culturellement, je me sentais toujours plus proche du nord, donc je m’entendais très bien avec les Belges, les Danois et les Suédois. Il n’y avait ni Britanniques ni Allemands dans notre équipe, car, en raison de la taille de leurs marchés chez Lotus, ils avaient leurs propres équipes. Mon travail consistait spécifiquement à fournir un support technique de deuxième niveau pour une gamme de produits, mais ma connaissance approfondie de l’entreprise et de sa technologie me conduisit bientôt à assumer des responsabilités au-delà de mon profil technique. Mes collègues de travail et mon chef direct, Javier, étaient ravis que je puisse résoudre des problèmes de produits en français ou en espagnol avec un simple appel aux chefs d’équipe en Irlande. Mais avec le temps, je commençai à gagner une réputation de quelqu’un ayant plus d’influence dans l’entreprise que ne devrait en avoir un simple technicien. Tout cela commença de manière inattendue.

Environ quatre mois après notre arrivée en France, des amis et anciens collègues de travail en Irlande annoncèrent leur mariage. Bien que mon salaire n’était pas mauvais et que l’aide économique pour le déménagement en France avait été généreuse, nous avions dépensé presque tout pour meubler notre appartement de manière très austère, avec seulement l’essentiel d’Ikea. Je n’avais donc pas assez d’argent pour voyager à Dublin, et à cette époque, bien que Ryanair existât déjà, ce n’était pas encore la compagnie à bas prix d’aujourd’hui. Les billets d’avion étaient très chers. Je décidai de parler à Eduardo pour voir si je pouvais obtenir une partie de l’argent supplémentaire que John McKenzie avait promis en Irlande à ceux qui se déplaceraient à Paris.

— Je ne sais pas de quoi tu parles. Quel argent ? — me répondit Eduardo. — Quand j’étais dans l’équipe de Dublin, ils ont promis un supplément pour ceux qui viendraient à Paris. — lui répondis-je, un peu surpris qu’il ne le sache pas.

— Désolé, mais je t’ai déjà donné un très bon paquet d’argent pour que tu viennes et c’est ce que tu as accepté. Je ne sais rien d’un supplément et je ne te donnerai rien de plus. — dit-il très sérieusement.

J’acceptai sa réponse, mais quelque chose en moi ne voulait pas en rester là. En retournant à mon bureau, j’appelai mon ancien chef à Dublin, Brian, et lui expliquai la situation.

— Oui oui. Je me souviens qu’il l’a dit. Tu ne l’as pas reçu ? — me demanda-t-il.

— Non, je n’ai rien reçu de cela et Eduardo, qui n’en sait rien, me dit qu’il m’a déjà tout payé ce qu’il avait offert. — lui répondis-je.

— C’est vrai. Ne t’inquiète pas, je vais le rappeler à John. —

Je remerciai Brian et lui proposai de passer au support s’il visitait un jour Lotus en France. Je me sentis soulagé en me souvenant de l’argent, car non seulement il couvrirait le voyage en Irlande, mais il me permettrait également de profiter de mes jours de vacances restants. Après quelques jours à Dublin, nous prévoyions d’aller à Bilbao pour visiter la famille de Loreto. Sachant que Lotus était une grande entreprise, recevoir l’argent pourrait prendre du temps. « Les choses de palais vont lentement », comme on dit. Je consultais mes emails quand le téléphone sonna. C’était Eduardo.

— Alejandro, peux-tu venir un moment ? — demanda-t-il.

— Bien sûr, j’arrive tout de suite — répondis-je, en espérant que sa mauvaise humeur soit passée. En arrivant à son bureau, je le trouvai en train d’écrire à son ordinateur. Je frappai à la porte.

— Entre — dit Eduardo, avec une expression étrange. — Je ne sais pas comment tu t’y es pris, mais John McKenzie, qui est le chef de mon chef, vient de m’appeler et m’a dit : « Paie à Alejandro l’équivalent de deux mille livres. » et il a raccroché. Eh bien, j’ai déjà demandé à Lucía de te faire le virement. C’est tout. — Son ton reflétait la surprise, et cette expression demeurait sur son visage. J’allais répondre que John avait été le chef de mon chef temporairement en Irlande, mais une petite voix dans ma tête me dit de ne pas le faire. Cela pourrait m’être utile qu’Eduardo, également chef de mon chef, pense que j’avais des contacts avec les directeurs là-haut dans la stratosphère de la multinationale.

Quelques semaines plus tard, j’étais à Dublin avec Loreto et Álvaro, profitant de la fête de mariage. Nous logions chez ma sœur. J’en profitai pour passer au bureau de Lotus et remercier Brian pour son aide. Je lui racontai l’appel de John à Eduardo et il m’expliqua que John était pressé par une réunion importante et avait décidé d’appeler Eduardo avant de l’oublier. C’est pourquoi il avait semblé brusque. Intérieurement, je souris, reconnaissant pour la manière dont les choses s’étaient alignées en ma faveur, sans imaginer que le destin me réservait une autre surprise.

Je décidai de rendre visite à quelques collègues de travail. L’un d’eux était responsable des imprimantes. En France, nous faisions face au défi que, bien que Windows fût déjà installé sur de nombreux PC, il y avait encore des utilisateurs de MS-DOS. À l’époque de MS-DOS, chaque application nécessitait ses propres pilotes d’imprimante, contrairement à Windows. Si un client avait des problèmes pour imprimer avec Lotus 1-2-3 sur une imprimante spécifique, nous ne pouvions pas faire de tests par manque de modèles différents.

Quand je saluai mon collègue, je lui parlai de notre problème en France et lui demandai s’il avait quelques imprimantes qu’il pourrait nous prêter.

— Je suis content que tu demandes — répondit-il. — Avec la transition vers Windows, nous n’avons plus besoin de ces imprimantes pour les tests et je dois m’en débarrasser. — Je regardai les armoires remplies d’imprimantes modernes.

— Et que comptes-tu en faire ? — demandai-je.

— Nous ne pouvons ni les vendre ni les donner aux employés, mais oui à d’autres départements. Je suis en train de chercher des devis pour les éliminer, ce qui est coûteux pour des produits électroniques. —

— Sérieusement ? Mieux vaut les envoyer en France, nous en avons besoin pour le support des clients de MS-DOS — suggérai-je.

— Bonne idée. Je vais comparer les devis et si c’est moins cher de les envoyer que de les éliminer, je te les envoie — dit-il.

Le lendemain, je partis pour l’Espagne pour continuer mes vacances, satisfait de la façon dont les choses s’étaient réglées.

Je retournai au travail deux semaines plus tard, bronzé et impatient de continuer à profiter de la vie en France. Mon lieu de travail était une sorte de hangar de plain-pied, entouré de grandes fenêtres sur trois côtés et avec un vaste espace ouvert. Chaque poste de travail était un petit cube avec une ou deux tables, séparé par des panneaux solides d’un mètre cinquante de hauteur qui offraient une certaine intimité tout en permettant de voir et d’entendre tout le monde. Les cubes étaient regroupés, séparés par des couloirs servant de chemins pour se déplacer dans le bureau.

En entrant, je saluai quelques collègues près de l’entrée. Ils me rendirent le salut, mais avec des regards étranges. Je continuai vers mon cube, remarquant la même expression de surprise sur d’autres visages. Je commençai à soupçonner quelque chose de bizarre, peut-être m’avait-on licencié et personne ne m’en avait informé, quand Jose, un jeune Français d’origine républicaine espagnole, s’approcha de moi et me dit en espagnol avec un accent français :

— Bienvenue. Tu n’as aucune idée du bazar que tu as causé.

— Quel bazar ? Je ne comprends pas de quoi tu parles. — lui répondis-je.

— On ne t’a pas contacté ? On ne t’a rien dit ? —

— Non, mais qu’est-ce qui s’est passé ? — demandai-je, de plus en plus intrigué.

— Je ne suis pas surpris qu’ils n’aient pas pu te localiser si tu étais parti en vacances dans un village perdu dans les montagnes du Pays basque. —

J’allais corriger en disant que Bakio était sur la côte, mais il m’interrompit :

— Viens, regarde. — Il me guida à travers le bureau jusqu’à l’autre extrémité, où il y avait auparavant un espace ouvert près des toilettes et de la cafétéria. Maintenant, il y avait une table avec des imprimantes.

— Ah, je vois que Paul a pu envoyer les imprimantes. — dis-je, un peu confus en voyant un groupe de personnes autour de nous, attendant ma réaction. — Je pensais qu’il en enverrait plus. — Le rire éclata parmi eux, suivi de commentaires en plusieurs langues, aucune en espagnol ni en anglais.

— Mais bon sang, qu’est-ce qui s’est passé ? — dis-je, fatigué du mystère.

— Désolé. — répondit Jose en riant. — Au début, c’était un problème, mais maintenant c’est amusant. — Il commença à me raconter ce qui s’était passé.

Quelques jours après mon départ d’Irlande, et sans que je le sache, un livreur arriva à Lotus Assistance France.

— Bonjour. J’ai une caisse pour Alejandro Ahumada. — dit-il à la réceptionniste, qui ignorait que j’étais en vacances.

— Alejandro Ahumada ? — demanda-t-elle, surprise qu’un technicien reçoive quelque chose de la sorte.

— Oui, c’est de Lotus Ireland pour Alejandro Ahumada de Lotus Assistance France. —

— Savez-vous ce que cela contient ? —

— Il est écrit que c’est du matériel. —

— D’accord, un moment, je vais appeler le responsable des réseaux et du matériel. — Lucía alla chercher Patricio, un technicien d’apparence polynésienne connu pour son bon humour.

— Bonjour, on m’a dit que vous apportez quelque chose de Lotus Ireland. Pouvez-vous le laisser ici à l’entrée, s’il vous plaît ? — demanda Patricio, mais le livreur semblait perplexe.

— Non, je ne peux pas. C’est trop lourd et ça ne rentre pas ici.

— Comment ça, ça ne rentre pas ? — Patricio était déconcerté.

— Suivez-moi, s’il vous plaît. — Dehors, dans le parking, il y avait un énorme camion avec une caisse en bois gigantesque.

— C’est la caisse pour Alejandro Ahumada. —

— For fuck’s sake! What a mess Alejandro has created! Comment allons-nous faire entrer ça dans le bureau ? —

— Je n’en ai aucune idée, mais je ne peux attendre que deux heures pour décharger. — Patricio réalisa dans quel pétrin il se trouvait.

— Putain ! Merde ! Quel bordel Alejandro a causé ! — s’exclama Patricio avec ce ton unique des Français lorsqu’ils lâchent des jurons.

Et c’est là que le spectacle commença. Patricio ne savait pas comment diable ils allaient faire entrer une caisse de trois mètres sur trois et deux de haut dans le bâtiment en moins de deux heures. Le livreur lui précisa que le camion avait une grue, résolvant ainsi la première partie du mystère. Mais où la mettraient-ils ? Après réflexion, il se rappela que certaines fenêtres du bureau étaient démontables. Sans perdre un instant, il appela le responsable de la maintenance du complexe de bureaux, qui confirma son plan.

À toute vitesse, des ouvriers furent envoyés et, en une heure et demie, une section du bâtiment était démontée. Les techniciens de support, dont l’espace de travail était juste dans cette zone, durent se déplacer rapidement, emportant leurs PC et téléphones, sûrement en me maudissant dans de multiples langues en voyant la file des appels de support grandir et grandir.

Le camion se positionna le plus près possible du bâtiment, et la grue plaça l’énorme caisse à côté des toilettes. Cela généra un inconvénient inattendu : désormais, pour aller aux toilettes ou à la cafétéria, il fallait faire un détour par le bâtiment. Mes collègues de travail me gardèrent à l’esprit pendant des jours chaque fois qu’ils voulaient prendre un café ou aller aux toilettes.

Coïncidences Inexplicables

— Et où est cette énorme caisse maintenant ? — demandai-je à Jose.

— Nous l’avons démontée tous ensemble. Silvia, qui est la plus petite, est entrée et a commencé à nous passer les imprimantes les plus légères. Quand il y eut plus d’espace, nous avons pu démonter la caisse. Je n’avais jamais vu autant d’imprimantes. — me répondit-il.

— Et où sont-elles maintenant ? —

— Patricio a acheté des étagères et les a placées dans le couloir menant à la salle des serveurs. Va voir, il a sûrement quelque chose à te dire. — me dit-il en souriant.

En m’approchant de la salle des serveurs, où Patricio avait son poste, je vis que le couloir et la salle avant les machines étaient remplis d’étagères métalliques avec des imprimantes de toutes sortes. Patricio, depuis son bureau vitré, me salua avec un sourire.

— On t’a déjà raconté ? — fut la première chose qu’il me dit.

— Oui, et je suis désolé. On aurait dû me prévenir et je n’aurais jamais imaginé qu’ils seraient si rapides ni qu’ils enverraient tant d’imprimantes.

— Si tu avais été là quand elles sont arrivées, je t’aurais tué ! Nous étions tous comme des fous, sans savoir ce qu’il y avait dans la caisse jusqu’à ce que Silvia réussisse à entrer. Nous avons imaginé de tout, depuis de la contrebande de Guinness jusqu’à une voiture. — dit-il en riant.

— Lotus Ireland n’aurait rien envoyé de tout cela — lui dis-je, un peu vexé mais sérieux.

— Hahaha ! C’était une blague. C’est pourquoi j’ai laissé qu’ils démontent les fenêtres et qu’ils fassent entrer la caisse. Tu nous as résolu beaucoup de problèmes avec ces imprimantes. C’était une idée géniale. — me rassura-t-il.

Souriant, je lui dis : — Je suis content. Allez, je t’offre un café.

— Non, merci, je viens d’en prendre un. Eduardo m’a dit de te dire qu’il te cherchait dès qu’il te verrait.

« Merde », pensai-je, en répondant : — Merci, j’y vais tout de suite.

Je me rendis au bureau d’Eduardo et frappai à la porte.

— Ah, te voilà. Comment étaient les vacances ? — me demanda-t-il.

— Bien, et je suis désolé pour le bazar des imprimantes. — répondis-je.

— OK, mais allons droit au but. Combien dois-je payer pour ça ?

— Rien — lui dis-je —. C’est un cadeau de Lotus Ireland.

— Un cadeau ? — dit-il, avec une expression d’incrédulité.

— Tu as de bons amis dans l’entreprise, non ? — me demanda-t-il. Je réalisai qu’il valait mieux ne pas donner trop d’informations et répondis :

— Plus que des amis, je connais bien mes contacts.

— D’accord, bienvenue de retour. Maintenant, s’il te plaît, mets-toi au travail pour les choses pour lesquelles je te paie.

Ce ne fut pas la dernière surprise que je réservai à Eduardo.

Singapura (Singapur)

 

Cela faisait déjà un an que je travaillais en France quand j’appris que l’équipe de John McKenzie, le principal responsable du support à l’échelle mondiale, avait décidé que notre département devait obtenir la certification ISO 9002. Cela était essentiel pour assurer aux clients la qualité de notre méthodologie de travail. Grâce à ma connaissance de l’entreprise et à mes contacts dans les bureaux du monde entier, j’étais le choix évident pour Eduardo lorsqu’on lui demanda des noms pour diriger la création de la documentation de tous les procédures en vigueur dans notre département de support. L’équipe internationale était dirigée par Mary Dickinson de Lotus USA, une Américaine avec une vaste expérience en gestion et un talent exceptionnel pour les relations humaines.

De manière inattendue, je me retrouvai à jouer le rôle d’un chef d’équipe, bien que rémunéré au salaire d’un simple technicien. Ma tâche était de coordonner des personnes de différents groupes de support pour documenter leurs procédures quotidiennes. Bien que cela fût plus agréable que de donner du support sur le logiciel de Lotus, déjà trop familier pour moi, persuader les responsables de chaque équipe de libérer une partie de leur personnel pour le projet ne fut pas simple. Nous avions besoin de leur collaboration environ quatre heures par semaine, ce qui signifiait quatre heures de moins pour leurs tâches habituelles. Cela ne fut pas bien accueilli par les responsables, car ils devaient compenser en quelque sorte l’absence de ces « ressources ». Ils résistèrent d’abord, mais leurs plaintes à Eduardo furent de courte durée, car il leur expliqua qu’il s’agissait d’un projet de la direction supérieure et que le responsable en France, c’était moi.

Tout fonctionna à la perfection. Nous établîmes une procédure pour gérer la documentation créée et tenions des réunions en ligne hebdomadaires avec les autres équipes des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de l’EMEA, et devions également inclure Singapour, centre du support en Asie. Il fut gratifiant de voir comment certains des membres sélectionnés, habitués uniquement à interagir avec les clients, découvrirent des facettes inconnues de l’entreprise. Je me souviens particulièrement de Matthijs, un Hollandais sérieux et efficace, ancien capitaine de chars, dont la participation au projet fut clé pour son ascension ultérieure au poste de manager chez IBM.

Après plusieurs mois de travail, j’assistai à ma première réunion en personne avec tous les responsables d’équipe du monde entier à Boston. Découvrir cette ville fut une expérience très enrichissante pour moi. Ce qui me frappa d’abord, ce fut de rencontrer des personnes parfaitement normales, luttant chaque jour pour s’en sortir et s’occuper de leurs familles, sans aucun intérêt pour détruire des projets politiques utopiques comme celui d’Allende au Chili. De tous ceux que je rencontrai, personne ne savait qui était Allende et certains ne savaient même pas situer le Chili. —Au sud du Mexique,— me disaient-ils. De plus, et cela fut une surprise, la culture latine était quelque chose de familier pour eux. Dans un pays anglophone, pour la première fois, je sentis que mon nom n’était pas un mystère.

Les réunions de travail m’avaient été très utiles pour apprendre à gérer des équipes et à parler en public. La seule déception fut de découvrir que la célèbre norme de qualité ISO exigeait seulement que les processus de travail soient documentés, pas nécessairement qu’ils soient de qualité. Mais y participer me permit de découvrir Boston et sa ville sœur, Cambridge, de l’autre côté de la rivière Charles, où je pus visiter le MIT et m’introduire à Harvard University.

Peu avant de retourner en France, Mary, la responsable du projet, vint me parler.

— Que penses-tu de tout ça ? — me demanda-t-elle.

— Bien. J’apprends beaucoup et Cambridge et Boston m’ont plu plus que je ne l’aurais imaginé, — lui répondis-je, attendant la question habituelle de “Qu’attendais-tu donc ?”, mais Mary me surprit avec une autre question.

— Tu as travaillé avec l’équipe de support à Singapour, n’est-ce pas ?

— Oui. J’y ai passé deux semaines quand je travaillais en Irlande, pour enseigner le support sur Lotus Agenda, — répondis-je, devinant que la conversation allait au-delà de la simple curiosité.

— As-tu rencontré Mei Ling, la chef de support ?

— Oui. J’ai participé à plusieurs réunions avec elle et à deux déjeuners d’entreprise. De plus, nous avons eu une discussion très intéressante sur la manière dont le support est géré là-bas et comment cela se fait en Europe, — répondis-je.

Elle me regarda quelques secondes puis dit :

— Je vais te parler d’un problème que nous avons et que personne n’a réussi à résoudre. Cela doit rester entre nous, s’il te plaît.

L’organisation des groupes pour créer les procédures ISO s’est très bien déroulée en Europe, comme tu as pu le constater toi-même, mais nous n’avons aucune nouvelle d’Asie. J’ai écrit et parlé avec Mei Ling, la directrice du support de Singapour, mais elle m’a clairement dit qu’elle ne pouvait rien faire. C’est une décision de son chef, M. Koh, qui est également le PDG pour toute l’Asie, et apparemment, il ne juge pas important de cesser de travailler pour générer de la documentation. Ce n’est pas du travail de support.

J’ai même demandé à John McKenzie, PDG de tout le support international, de lui parler, mais sans succès. Nous n’avons eu aucune réponse de Singapour.

Je fus surpris qu’elle me le confie, jusqu’à ce que je me rappelle que dans ce projet, j’avais le niveau de chef d’équipe pour la France.

— D’accord. Je parlerai avec Mei Ling pour voir ce qu’il est possible de faire, — lui dis-je, pensant que je m’engageais dans une affaire compliquée.

— Toute aide sera la bienvenue. L’Asie ne peut pas être exclue des procédures de support international, — me répondit-elle.

Quelques jours plus tard, de retour en France, je contactai Mei Ling par email. Je fus très formel, lui demandai des nouvelles de collègues de travail qui, littéralement, m’avaient choyé et montré la cité-état quand j’étais là-bas, et lui expliquai que la documentation était un processus important et que Lotus Asia ne pouvait pas en être exclu. Sa réponse le lendemain était celle à laquelle je m’attendais. Qu’elle était désolée, mais qu’elle ne pouvait rien faire. Cela dépassait ses compétences. C’était le chef de son chef qui devait approuver la mise en place de ressources pour le projet et à lui, cela ne semblait pas important. Je suggérai d’envoyer un autre courriel à M. Koh en m’incluant en copie conforme (CC), afin que je puisse être informé de la conversation et apporter mon point de vue. De cette manière, je commençai à élaborer un plan dans ma tête.

Une semaine plus tard, je reçus un courriel interne de Mei Ling. Le message était adressé à M. Koh avec mon nom en copie conforme. Ling insistait sur le fait que Lotus Support Asia devait participer aux procédures en cours d’établissement. Elle demandait la permission et les ressources nécessaires pour intégrer quelqu’un dans les équipes de travail. Le lendemain, dès mon arrivée au bureau, je vérifiai les incidents techniques qui m’étaient assignés et ensuite j’ouvris ma boîte de réception. J’avais un courriel du M. Koh qui répondait à Ling. Le message répétait essentiellement que les priorités de support en Asie étaient différentes. Affecter des ressources à des questions internes était secondaire par rapport aux relations avec les clients et qu’en ce moment, il n’y avait pas de ressources pour tout, donc les clients étaient la priorité et les projets internes ne l’étaient pas.

Je me levai de mon siège et descendis au rez-de-chaussée pour chercher un café. L’aire de la cafétéria, où nous mangions ce que nous apportions de chez nous, était vide pendant les heures de travail. Je me préparai un café et m’assis à une des tables, réfléchissant à comment répondre à ce message. La réponse devait être une combinaison parfaite de courtoisie, de fermeté et de soutien. Je savais l’importance de cela, car lors de mon séjour là-bas, je m’étais rendu compte de la formalité et du respect avec lesquels les hiérarchies de l’entreprise étaient traitées. Cela ne me coûta pas de m’adapter, ayant grandi dans un pays où l’on traitait toujours les aînés avec le plus grand respect, et à Singapour, le respect envers les chefs était très similaire.

Je retournai à mon poste et répondis au courriel de M. Koh. Un message décisif et ferme, indiquant que ne pas participer à l’organisation internationale du support n’était pas une option. Cela affecterait négativement le travail de l’équipe d’Asie à l’avenir. Le support international devait être une grande équipe d’entraide mutuelle et Singapour devait en faire partie. Tout cela avec un anglais assertif, mais très poli. Je relus le courriel plusieurs fois, puis l’envoyai avec copie à Mei Ling. J’espérais ne pas m’être trompé de ton.

Coïncidences Inexplicables

Quelques jours plus tard, je me souviens que c’était un vendredi, en arrivant le matin et en ouvrant mon courriel, je vis un message de M. Koh. Je respirai profondément trois fois, car j’étais nerveux et voulais lire le message avec calme. Je savais parfaitement que si M. Koh découvrait que, malgré mes responsabilités dans le groupe de travail de l’ISO, je n’avais aucune autorité dans la hiérarchie de Lotus France, il pourrait ne pas apprécier le ton que j’avais utilisé et je pourrais facilement perdre mon travail.

Pour me détendre un peu avant d’ouvrir le message, je me concentrai sur le moment présent. J’écoutai Derek, mon collègue d’équipe, aider quelqu’un par téléphone en français parmi le bruit de plusieurs personnes parlant entre elles ou au téléphone pour donner du support technique dans différentes langues, qui était le son typique de notre bureau. Je regardai par la fenêtre et observai un petit oiseau qui se glissait entre la rangée d’arbres bordant cette partie du bâtiment. Dans ce moment de tranquillité, je cliquai sur le message et le lus. M. Koh était d’accord avec moi et fournirait les ressources nécessaires pour que l’équipe de support de Singapour participe aux équipes de travail. Je relus le message plusieurs fois, presque sans croire que j’avais réussi quelque chose que même les directeurs des États-Unis n’avaient pas pu obtenir. En fermant le courriel, je vis que quelques lignes plus bas, j’avais un autre message non lu de Mei Ling. Elle me remerciait profondément pour mon soutien, car maintenant, ils pouvaient participer aux équipes internationales.

London

 

Presque deux mois plus tard, une après-midi, Lucía s’approcha de moi et me dit qu’elle avait reçu un courriel demandant ma participation à une réunion à Londres pour toute l’équipe en charge de la certification ISO. Elle me demanda si cela me convenait. La réunion était dans trois semaines. Ne perdant jamais une occasion de voyage payé, je lui répondis que j’étais bien sûr d’accord. En plus du voyage en lui-même, j’apprenais toujours quelque chose lors de ces réunions. Quelques jours après, elle me remit les billets et les détails de la réservation d’hôtel et me dit qu’elle m’avait envoyé un courriel avec toutes les informations concernant la réunion. Je jetai un œil rapide au billet et vis que le vol partait vers cinq heures de l’après-midi. D’après ce que je me rappelais, tous les avions pour Londres à cette heure partaient d’Orly, qui était beaucoup plus près de chez moi que l’aéroport Charles de Gaulle. Je calculai approximativement l’heure à laquelle je devais quitter la maison et ouvris le courriel de Lucía. Il venait de la cheffe de projet aux États-Unis et les sujets étaient plus d’ordre organisationnel que de travail, mais ce qui attira mon attention, c’est que la réunion commençait une heure après l’atterrissage de l’avion. J’étais assuré d’arriver en retard, car de Heathrow au centre de Londres, avec un peu de chance, il fallait une heure, mais cela ne me dérangeait pas. J’irais directement et, n’étant pas indispensable à la réunion, il importait peu si j’arrivais un peu en retard.

Le jour du voyage arriva et Claude, le chauffeur de taxi de l’entreprise, vint me chercher chez moi. J’étais persuadé que le vol partait d’Orly, qui était relativement proche de chez moi, mais lorsque je montrai le billet à Claude, car il trouvait l’heure de départ du vol étrange, il me dit : — Alejandro, mais ce billet n’est pas pour Orly, c’est pour Charles de Gaulle, qui est beaucoup plus loin. Je lui demandai si nous pouvions arriver à temps, et il me répondit qu’il en doutait, que nous pouvions partir très rapidement, mais que nous serions tout juste à l’heure. Nous partîmes à toute allure vers Charles de Gaulle, traversant plusieurs endroits, frôlant la limite de vitesse, roulant très vite sur le « Périph » de Paris, en direction de l’aéroport. À mon arrivée, je sautai presque du taxi et courus à travers l’aéroport jusqu’à trouver finalement le comptoir d’enregistrement, où une hôtesse rangeait déjà les affaires. Je m’approchai et lui demandai si c’était bien le vol pour Londres. Elle me répondit que oui, mais que l’embarquement était déjà fermé. Je pensai : « Eh bien, c’est typique de moi, je rate toujours les vols. » Je ne savais pas quoi faire pour prendre un autre vol, car celui-ci avait été organisé par l’entreprise. L’hôtesse me regarda alors et me dit : — Voyons, passez-moi votre billet, s’il vous plaît.

Je le lui tendis, elle le regarda, le lut plusieurs fois, puis me dit :

Coïncidences Inexplicables

— Attendez ici, s’il vous plaît.

Elle partit rapidement en direction de quelques portes qu’elle traversa.

Sa réaction me parut très étrange. Je pensai : « Cela peut être bon ou mauvais. Mais si c’était mauvais, elle m’aurait simplement dit : “Désolé, vous êtes trop en retard, le vol est fermé et vous ne pouvez pas embarquer.” » Le fait qu’elle parte presque sans rien dire attira beaucoup mon attention. Je pensais déjà que je devrais rentrer chez moi quand elle revint et me dit :

— Monsieur, s’il vous plaît, suivez-moi.

Je la suivis à travers ces portes et descendis des escaliers qui n’étaient visiblement pas destinés au public, mais plutôt aux employés de l’aéroport. Nous arrivâmes dans une partie inférieure où elle me dit de nouveau :

— Attendez ici, s’il vous plaît.

L’endroit était peint tout en gris, avec quelques sièges, une baie vitrée donnant sur la partie extérieure de l’aéroport, quelques avions attendant, et il n’y avait personne d’autre. Un peu surpris par ce qui se passait, j’attendis. Puis je vis l’hôtesse revenir avec un policier. Là, je pensai de nouveau : « Est-ce bon ou mauvais ? Si un policier est présent, c’est sûrement mauvais. Mais pourquoi, alors que je n’ai rien fait ? » J’étais intrigué de voir ce policier qui s’approchait et me demanda mon passeport. À l’époque, j’avais un passeport de réfugié des Nations Unies et je le lui tendis. Il le regarda étrangement et me dit :

— Mais avec ce passeport, vous avez besoin d’un visa pour entrer au Royaume-Uni.

Je lui expliquai :

— En fait, non, car si vous regardez la couverture, vous verrez qu’il est écrit “United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland,” c’est donc un passeport de voyage pour réfugiés, mais délivré par le Royaume-Uni, et ils me laissent entrer parce que c’est leur document.

Il regarda de nouveau et dit :

— Bien, d’accord. Avez-vous quelque chose à déclarer dans vos bagages ?

Sa question me déconcerta : « Pourquoi cela intéresserait-il un policier ? » pensai-je, mais je restai calme et répondis avec une expression neutre :

— Non, je n’ai rien à déclarer.

Après ma réponse, l’officier tamponna mon passeport. Je me rendis compte qu’il n’était pas seulement un policier, mais aussi un agent d’immigration. La situation me laissa perplexe. Comment l’hôtesse avait-elle réussi à faire venir un agent d’immigration jusqu’à cette salle grise en pleine nuit juste pour tamponner mon passeport ? Cela ne m’était jamais arrivé auparavant. Pour passer par l’immigration, je devais faire la queue comme tout le monde venant de l’extérieur de l’Europe, et comme tout le monde, mon passeport était tamponné avec les questions désagréables habituelles, sans sourire ni regard. C’était extrêmement bizarre et anormal. Le policier me rendit mon passeport et partit. À ce moment-là, l’hôtesse me dit :

— Attendez ici s’il vous plaît.

Elle partit par une autre porte. Je me retrouvai de nouveau dans cette pièce grise, éclairée, regardant dehors les avions illuminés par les projecteurs de l’aéroport. Je ne savais pas quoi penser, je ne savais pas quoi faire. Mais entre le bon et le mauvais, il était clair que c’était plus bon que mauvais. Soudain, j’entendis un klaxon rugir, comme celui d’un camion. Je pensai que c’était un bruit normal d’aéroport. Mais de nouveau, j’entendis le klaxon. Je regardai par la vitre vers l’extérieur et vis l’hôtesse qui m’avait aidé, montée dans un camion, me faisant signe de monter. Encore plus surpris, j’ouvris la porte et courus vers le camion. Je montai et l’hôtesse, avec un sourire professionnel, me dit :

— S’il vous plaît, attachez votre ceinture de sécurité.

Je la bouclai, et elle commença à conduire le camion de l’aéroport avec rapidité et habileté, parcourant de petits chemins entre les avions et les bagages derrière Charles de Gaulle. Nous nous éloignions du terminal, tout était sombre, seules les lumières de l’aéroport éclairaient. Au loin, je vis un petit avion avec les lumières allumées et une porte ouverte. Tout à coup, je réalisai que nous nous dirigions vers cet avion, celui que je devais prendre, et qui m’attendait sur la piste. Mais comment était-ce possible ? Qu’un avion s’arrête juste avant de décoller pour attendre quelqu’un, ouvre la porte et reste là, au milieu de la piste, en attente. Je n’en croyais pas mes yeux. D’ailleurs, je doutais de la légalité de tout cela.

Je descendis du camion et courus vers l’avion, mais je me rappelai l’effort de l’hôtesse pour que j’arrive à temps. Je pensai à la tablette de Toblerone que j’avais dans la poche de ma veste, alors je m’arrêtai, fis demi-tour et courus vers elle. Elle me regarda avec un air de panique, comme pour dire : « S’il vous plaît, allez dans l’autre direction ! ». Cependant, je sortis le chocolat et le lui donnai, en disant « thank you » et « merci ». Ensuite, je courus de nouveau vers l’avion, où un homme me faisait signe de me dépêcher. Je montai à toute vitesse par la passerelle, et il ferma la porte rapidement, me disant :

— Asseyez-vous là, s’il vous plaît, et attachez votre ceinture.

Il prit mon petit sac de voyage, je m’assis, et je n’avais pas encore attaché ma ceinture de sécurité que l’avion roulait déjà sur la piste de décollage. Je n’arrivais pas à croire ce qui m’arrivait. Et voilà, je volais en direction de Londres dans un petit avion de luxe entouré de gens VIP. Je pensai qu’à mon arrivée à Heathrow, de toute façon, j’arriverais tard à l’hôtel pour l’événement, mais ce voyage était déjà très divertissant.

Coïncidences Inexplicables

L’avion arriva rapidement à Londres, et depuis le hublot, je pouvais voir la ville, ce qui est inhabituel en allant à Heathrow. Je pensais avoir de la chance car, bien que sur d’autres vols, parfois l’avion passait au-dessus de Londres, c’est quelque chose de très rare. Mais cette fois-ci, l’avion commença à descendre de plus en plus, et tout à coup les bâtiments étaient si proches que j’en fus surpris. ‘Et cet avion ? Où va-t-il ?’ pensais-je. À ma grande surprise, nous atterrîmes en plein cœur de la ville.

Bien que j’eusse vécu en Angleterre pendant de nombreuses années, je ne savais pas qu’il existait un aéroport ici. Mais chacun vit dans sa propre réalité. Malgré mes études et mes revenus actuels, quand je vivais en Angleterre, j’étais à Nottingham, dans des quartiers ouvriers. Là-bas, on ne connaît pas de gens qui voyagent depuis le London City Airport ; je n’en connaissais même pas l’existence. Je descendis de l’avion et nous marchâmes vers un bâtiment petit comparé à d’autres aéroports londoniens. Je traversai quelques salles et, soudain, me retrouvai dans la rue, à côté de l’arrêt de taxis. Je regardai autour de moi, au cas où un agent d’immigration me suivait pour demander mon passeport, mais il n’y avait personne. Apparemment, les riches peuvent voyager sans contrôle douanier ou d’immigration. Je montai dans un taxi et décidai d’aller directement à la réunion. Je pensais que le trajet durerait au moins vingt minutes, mais en cinq minutes, j’étais déjà aux portes de l’hôtel dans le centre de Londres où se tenait la réunion.

— Cinq minutes ! — pensai-je —, mais où est cet aéroport ?

Question que je remis à plus tard car j’étais déjà à l’étage de la réunion.

Je laissai ma valise et mon manteau à une petite réception et entrai. Je vis quelques visages familiers, comme le directeur du département de support en Angleterre, mais presque personne des personnes avec qui j’avais l’habitude de traiter lors de réunions internationales de travail. Cela me surprit un peu de voir si peu de visages familiers et je commençai à soupçonner que ce n’était pas une réunion de travail ordinaire. Mes soupçons se confirmèrent en entrant dans une salle où des serveurs offraient des boissons et où je vis John McKenzie, le chef suprême de tout le support international de l’EMEA. Il ne serait pas à une réunion de travail ordinaire. Je décidai de faire attention à qui je parlais et à ce que je disais. La confirmation arriva lorsque je vis que John, avec qui j’avais travaillé en Irlande avant qu’il ne devienne un super-chef, était assis à côté de Mark Steven, le chef de tout le support mondial. J’avais rencontré Mark récemment lorsqu’il avait visité le bureau de support à Paris. Mon chef direct avait organisé un groupe d’anglophones pour lui montrer la ville. Nous n’étions qu’environ cinq personnes et tout se passait de manière très sobre et formelle jusqu’à ce qu’après avoir visité la Basilique du Sacré-Cœur, nous arrêtions pour déjeuner à une terrasse sur une place de Montmartre. Au milieu du déjeuner, en moins de cinq minutes, le ciel se couvrit et il commença à pleuvoir à torrents. Les Français, connaissant bien leur climat, se levèrent rapidement et se réfugièrent à l’intérieur du restaurant. Nous restâmes Mark, mon chef Javier et moi, convaincus que quelques gouttes ne gâcheraient pas un excellent repas et du bon vin. Après dix minutes, le repas et le vin étaient trempés, et nous aussi. La pluie avait gagné.

— Alejandro — entendis-je quelqu’un m’appeler. C’était Mark, Américain, ancien de l’armée de l’air, à l’apparence robuste et afro-américain. Je le saluai de la main.

— Viens, approche — me dit-il en anglais. Je m’approchai et leur serrai la main avec un sourire, toujours en me demandant dans quel pétrin je m’étais fourré.

— Je racontais justement à John notre repas trempé à Montmartre quand tu es entré. Quelle coïncidence. Je disais à John : c’est Alejandro, avec qui nous nous sommes trempés, et il se trouve que vous avez travaillé ensemble en Irlande — me dit-il sur un ton amical. Bien que je ne sache pas pourquoi j’étais dans une réunion de haut niveau de la multinationale, je décidai d’accepter la situation comme normale. Cependant, je commandai un Coca-Cola au serveur au lieu d’une bière lorsqu’il me demanda. Ce n’était pas une bonne idée de mélanger l’alcool avec des hauts dirigeants quand on est un simple employé.

Nous étions là tous les trois à rire et à raconter des anecdotes quand Eduardo entra, souriant tout en saluant quelqu’un.

— Voici ton chef — me dit John et il lui fit signe de la main pour qu’il nous voie. Eduardo allait le saluer quand il me vit. Son expression changea, affichant une mine qui n’était pas très sympathique. Je le comprenais : là se trouvait Alejandro, l’insolent qui faisait presque ce qu’il voulait, assis avec les deux plus hauts responsables de toute la réunion.

— Je pense que c’est une bonne idée de vous laisser. Je vais aller demander s’ils ont une bière “Mild” à boire. Je dois profiter du fait que je suis chez moi — dis-je à Mark et John. Tous deux, ayant clairement remarqué le changement d’attitude d’Eduardo, furent d’accord.

Je saluai Eduardo d’un signe de tête et, presque en sortant de la salle, j’entendis John l’appeler. Un Coca-Cola ne suffisait pas, alors je me dirigeai vers le bar pour demander une bière “Mild”. Le barman n’avait aucune idée de ce dont je parlais.

— Tu es du nord ? — me demanda un autre serveur. Je lui répondis que oui.

— C’était ce que buvait mon grand-père. Ici, cela n’existe plus. Tout au plus, je peux te proposer une “Bitter,” mais si tu as demandé une “Mild,” il est probable que tu préfères une “Stout” — me dit-il.

— Quelles sont celles que tu as ? — lui demandai-je. Il me mentionna quelques marques que je ne connaissais pas, sauf Guinness. Je choisis donc cette Irlandaise brune.

Le serveur la posa sur le bar et attendait que la Guinness se stabilise, quand quelqu’un m’appela. Je ne savais plus à quoi m’attendre. Je me retournai et là se trouvait Mei Ling.

— Je suis contente que tu aies pu venir ! Je ne savais pas s’ils te laisseraient assister à cette réunion, alors pour m’assurer que tu viennes, le bureau de Singapour a payé toutes tes dépenses.

Je commençai enfin à comprendre ce qui se passait.

— Pourquoi as-tu fait ça ? Un simple courriel avec copie à Javier aurait suffi.

— C’est la clôture du projet ISO et toi et moi savons que je peux être ici grâce à toi. Je voulais te remercier en personne. Je le dirai à tout le monde lorsque je prendrai la parole en tant que représentante de l’APAC pour le grand travail que tu as accompli.

En me disant cela, je me rappelai qu’Eduardo n’avait aucune idée de tout cela. Ce que Mei Ling, étant si formelle et respectueuse de la hiérarchie, ne pouvait pas imaginer. Je le lui expliquai rapidement et lui demandai, s’il te plaît, de mentionner Eduardo dans ses remerciements. Je ne voulais pas avoir de problèmes avec lui, qui restait mon chef. Mei Ling comprit rapidement la situation et m’assura qu’elle le ferait.

Je comprenais maintenant le vol pour les hauts dirigeants et le profil des personnes présentes à cette réunion. Ni Eduardo ni John ne m’auraient jamais invité à côtoyer ces profils, encore moins à payer un vol de luxe. Tout en buvant ma Guinness, je me demandai combien Singapour avait payé pour ce billet qui avait fait attendre l’avion sur la piste de décollage et fait venir un agent d’immigration juste pour tamponner mon passeport. Certainement plusieurs mois de mon salaire.

Coïncidences Inexplicables

La réunion se révéla extrêmement informelle, marquant une conclusion agréable pour un projet qui avait duré presque deux ans. La première à prendre la parole fut la cheffe de projet, Mary Dickinson, qui avec sa petite équipe, avait traversé l’Atlantique depuis les États-Unis. Puis ce fut le tour de Mark et John, qui exprimèrent leur gratitude pour le travail bien accompli, suivi de Mei Ling, représentant l’APAC. Elle décrivit les réalisations, soulignant la communication et la coordination avec les autres équipes, malgré le peu de temps dont ils disposaient. Dans son discours, elle me désigna comme l’artisan permettant à Lotus APAC de s’intégrer au projet, remerciant immédiatement Eduardo pour m’avoir permis de collaborer avec Lotus Singapour et l’APAC. Elle souligna que sans la décision d’Eduardo, elle ne serait pas là. Pendant un instant, Eduardo me jeta un regard, mais cette fois-ci beaucoup plus détendu. Mei Ling avait touché juste avec ses mots.

La réunion se termina relativement tôt et chacun se dispersa vers son hôtel respectif. Le mien, comme je l’imaginais, était un établissement cinq étoiles au centre de Londres. Je ne vis aucun autre collègue de l’entreprise logé au même endroit. Je décidai de garder ce détail pour moi en revenant à Paris, de peur qu’Eduardo ait dû se contenter d’un hébergement de moindre catégorie.

Le lendemain matin, pendant le petit-déjeuner, je vis qu’une partie de l’équipe des États-Unis logeait également dans mon hôtel, alors je m’approchai pour les saluer. Je m’attendais à des questions sur mon rôle dans l’intégration de l’APAC, mais Mary Dickinson leur avait déjà tout raconté, et ils me traitèrent comme un haut cadre de l’entreprise. À la fin du petit-déjeuner, la responsable de la logistique s’approcha de moi et me dit que nous voyagerions ensemble à Paris en train. Je m’imaginais déjà les voir avec le mal de mer et des nausées sur le ferry entre Douvres et Calais, mais elle m’expliqua que nous voyagerions en Eurostar. Clairement, le traitement VIP n’était pas encore terminé.

Nous nous rendîmes à la mi-matinée à la gare de Waterloo. Le wagon était en première classe et nous n’eûmes à passer aucun contrôle de passeports ni de douanes. Je ne me rendis presque pas compte du moment où nous traversâmes le tunnel sous la Manche. Je demandai une Guinness à l’hôtesse, et tandis que nous filions à environ 300 km/h en direction de Paris, je réfléchissais à combien ce style de vie était agréable : traverser les frontières dans le luxe, sans files d’attente ni presque aucun contrôle de passeports. Surtout pour moi, qui avec mon document de voyage de l’ONU — qui incluait un texte disant « Valable pour tous les pays sauf le Chili » —, étais habituellement traité aux douanes du monde comme un citoyen de troisième catégorie. Ce voyage avait été révélateur : j’avais entrevu la vie VIP, et sans aucun doute, cela m’avait beaucoup plu.

Épilogue

Réfléchissant maintenant, presque trente ans après, ces jours luxueux résonnent encore dans ma mémoire comme un souvenir chaleureux d’un temps lointain, aussi différent et distant que le style de vie de ces personnes avec qui j’ai eu le privilège de croiser ma route. Ils appartenaient à un monde qui semblait jouer selon ses propres règles, enveloppés dans une sphère de privilèges que le commun des mortels pouvait à peine imaginer. Souvent, je me demande quel impact de telles vies ont sur le tissu de notre planète; des vies qui, par leur nature, consomment plus de ressources en une journée que beaucoup en une année.

L’ironie ne m’échappe pas dans cette réflexion écologiste : ceux qui ont le pouvoir de changer le cours de notre crise climatique sont aussi ceux qui y contribuent le plus simplement en maintenant un style de vie que beaucoup jugeraient insoutenable. Pendant ces jours de voyages rapides et de frontières qui se dissipaient avec la même facilité qu’une bière se stabilisait dans mon verre, la question de savoir si ces individus renonceraient un jour à ce mode de vie semblait rhétorique. Et pourtant, tout en sachant à quel point cela pouvait être nuisible, je reconnais que renoncer à ce mirage de facilité et de confort n’est pas une tâche facile, même pour quelqu’un conscient de ses implications.

Coïncidences Inexplicables

Volant au-dessus des autres

Le feriez-vous ? Changeriez-vous de vie si soudainement vous vous retrouviez à naviguer dans ces eaux de privilège, loin des préoccupations quotidiennes de la majorité ? Parfois, en regardant en arrière, ces souvenirs ne servent pas seulement à évoquer la nostalgie de jours plus simples et grandioses, mais aussi à remettre en question la profondeur de nos convictions lorsqu’elles se heurtent à la tentation d’une vie sans contraintes. Une réflexion, après tout, sur l’humanité de nos choix et le monde que nous laissons aux générations futures.

Je suppose que certains se demanderont pourquoi je n’ai pas continué chez Lotus Assistance France, alors que tout ce que je faisais semblait s’emboîter parfaitement des semaines ou des mois plus tard, créant une image de pouvoir et de contrôle au sein de l’entreprise. Je sais que dans quelques années, j’aurais facilement pu être l’un des chefs et, des années plus tard, faire partie du groupe de dirigeants avec une vie confortable et sûre. Mais presque un an plus tard, quelque chose se produisit que je ne pouvais ignorer.

Un samedi après-midi, je me promenais dans un bois près de Bois-d’Arcy, tandis que mon fils, âgé de seulement deux ans, jetait des pierres dans un ruisseau. Je m’inquiétais pour sa santé, car la pollution de l’air autour de Paris à cette époque était terrible. J’ai alors décidé de réfléchir à ma vie future, une aptitude que les Machis de ma famille possédaient sans trop de difficulté et que j’avais moi aussi héritée. Une Machi, dans la culture Mapuche du Chili, agit comme une sorcière ou un chamane, guérisseuse et chef spirituel, capable de voir au-delà de l’évidence et d’influencer le cours de la vie de sa communauté.

À ce moment, sous l’ombre des arbres, j’eus une vision. Je vis le flux du temps dans ma vie, un fleuve qui se divisait en multiples directions. Je pouvais voir comment mes décisions affectaient non seulement mon chemin, mais aussi celui de mon fils. Je vis clairement que, si je continuais sur la voie que j’avais choisie, mon fils disparaîtrait de ma vie. Je ne voyais pas ce qui lui arriverait, mais son absence dans mes visions futures me remplit d’une profonde inquiétude. Deux mois plus tard, nous étions en route pour Bilbao. J’avais quitté ce travail et trouvé un autre dans une petite entreprise. 

La décision de quitter Lotus et de choisir un chemin plus modeste en Espagne ne fut pas prise à la légère, mais guidée par une vision claire de ce qui comptait vraiment pour moi. Ce changement vers Bilbao et la nouvelle orientation de ma vie professionnelle sont venus du fait que j’ai pu voir clairement l’effet de mes décisions sur ma famille et sur le monde. Ces années passées à naviguer dans les eaux agitées du monde des affaires m’ont appris que, parfois, il faut sacrifier le confort matériel pour quelque chose de plus profond et durable. Mon voyage à travers ces expériences m’a offert non seulement une vision plus large du monde, mais aussi une compréhension plus intime de ce que signifie vraiment vivre en harmonie avec nos valeurs.

Je suppose que certains se demanderont pourquoi je n’ai pas continué chez Lotus Assistance France, alors que tout ce que je faisais semblait s’emboîter parfaitement des semaines ou des mois plus tard, créant une image de pouvoir et de contrôle au sein de l’entreprise. Je sais que dans quelques années, j’aurais facilement pu être l’un des chefs et, des années plus tard, faire partie du groupe de dirigeants avec une vie confortable et sûre. Mais presque un an plus tard, quelque chose se produisit que je ne pouvais ignorer.

Un samedi après-midi, je me promenais dans un bois près de Bois-d’Arcy, tandis que mon fils, âgé de seulement deux ans, jetait des pierres dans un ruisseau. Je m’inquiétais pour sa santé, car la pollution de l’air autour de Paris à cette époque était terrible. J’ai alors décidé de réfléchir à ma vie future, une aptitude que les Machis de ma famille possédaient sans trop de difficulté et que j’avais moi aussi héritée. Une Machi, dans la culture Mapuche du Chili, agit comme une sorcière ou un chamane, guérisseuse et chef spirituel, capable de voir au-delà de l’évidence et d’influencer le cours de la vie de sa communauté.

À ce moment, sous l’ombre des arbres, j’eus une vision. Je vis le flux du temps dans ma vie, un fleuve qui se divisait en multiples directions. Je pouvais voir comment mes décisions affectaient non seulement mon chemin, mais aussi celui de mon fils. Je vis clairement que, si je continuais sur la voie que j’avais choisie, mon fils disparaîtrait de ma vie. Je ne voyais pas ce qui lui arriverait, mais son absence dans mes visions futures me remplit d’une profonde inquiétude. Deux mois plus tard, nous étions en route pour Bilbao. J’avais quitté ce travail et trouvé un autre dans une petite entreprise. 

La décision de quitter Lotus et de choisir un chemin plus modeste en Espagne ne fut pas prise à la légère, mais guidée par une vision claire de ce qui comptait vraiment pour moi. Ce changement vers Bilbao et la nouvelle orientation de ma vie professionnelle sont venus du fait que j’ai pu voir clairement l’effet de mes décisions sur ma famille et sur le monde. Ces années passées à naviguer dans les eaux agitées du monde des affaires m’ont appris que, parfois, il faut sacrifier le confort matériel pour quelque chose de plus profond et durable. Mon voyage à travers ces expériences m’a offert non seulement une vision plus large du monde, mais aussi une compréhension plus intime de ce que signifie vraiment vivre en harmonie avec nos valeurs.

Commentaires

Vos avis sont très importants pour moi et m’aident à continuer à écrire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright Alejandro Ahumada Avila

 

author avatar
Alejandro Ahumada Escritor, podcaster y Administrador de sistemas informáticos
Alejandro Ahumada ha navegado su vida entre cambios y constancias, desde los cerros de Valparaíso hasta los valles de Cantabria. Tras la caída de Salvador Allende, que desencadenó una brutal persecución política contra personas como los padres de Alejandro, este se exilió con su madre a los trece años, encontrando refugio en el Reino Unido. Su travesía incluye Escocia, Nottingham, Dublín, Francia y Euskadi, hasta asentarse en Cantabria con su esposa, sus hijos y su gata, Déjà Vu. Ingeniero informático de profesión, Alejandro equilibra la lógica con la creatividad. Como escritor de relatos de fantasía y ciencia ficción, sus historias han sido descritas como "Realismo Mágico Personal". Inspirado por autores como Neil Gaiman, Isabel Allende, Terry Pratchett y Ursula K. Le Guin, su escritura convierte la vida en un lienzo mágico, donde cada experiencia revela la magia oculta en lo cotidiano.